Trait Boulonnais
Extraits de la Presse

  -ooOoo-

 La Voix du Nord-22 janv. 2015 Boulonnais :
* Samer : combien coûtera vraiment la Maison du cheval boulonnais
   Le projet de Maison du cheval boulonnais, destinée à sauvegarder cette race locale, a été initié il y a près de quatre ans par la communauté de communes de Desvres - Samer. Alors que son financement est en phase de bouclage, des voix s’élèvent contre l’envolée du coût de la structure. Voilà combien elle coûtera vraiment.

- La Maison du cheval boulonnais sera implantée à Samer pour préserver cette race spécifique au territoire.VDN
   Combien coûtera vraiment la Maison du cheval boulonnais à la communauté de communes de Desvres-Samer ? Depuis la formation du groupe minoritaire «Alternative» au sein du conseil communautaire, de plus en plus de voix s’élèvent contre ce projet qui doit permettre de préserver la race boulonnaise, pourtant déjà bien avancé.

- Près de 5 millions d’euros TTC d’investissement
   Pourtant, la communauté de communes assure être toujours bien soutenue par les financeurs publics. En tout, cette Maison du cheval boulonnais, qui devrait voir le jour à Samer en 2016, représente un investissement de 4 millions d’euros hors taxes, près de 5 millions toutes taxes comprises. Mais Lionel Rouillé, chargé du développement et de l’urbanisme à la communauté de communes, souligne que le projet « bénéficiera de grosses subventions de l’État, de la Région et du Département ». Le FNADT, fonds national pour l’aménagement et le développement du territoire, a attribué 750000€ à la Maison du cheval. La Région doit toujours verser 2 millions d’euros et le conseil général, 500000€. Des fonds qui ne sont pas hypothétiques, assure Lionel Rouillé, car « nous avons les conventions de financement ».

- Coût de fonctionnement prévu : 400000 €
   Ce qui ferait 1750000€ restant à la charge de la collectivité. Mais Lionel Rouillé souligne que le coût final sera très probablement moindre : les demandes de subventions ne sont pas encore toutes clôturées. « O n attend encore la réponse de la préfecture de région. »
   Quant au coût de fonctionnement, un budget de 400000 € annuels est prévu. La Maison du cheval boulonnais devrait créer cinq emplois directs et une dizaine d’emplois indirects, selon les prévisions de la communauté de communes.

- Les activités prévues
- formation aux métiers du cheval et services hippomobiles (notamment cocher professionnel avec la MFR de Samer)
- valorisation des jeunes chevaux Boulonnais : débourrage, éducation et commercialisation
- reproduction équine et soutien à l'élevage : pépinière de reproducteurs, station de monte, rassemblement de poulinières, conservation du capital génétique,

- Poulinages ...
- Centre de ressources et d'ingénierie pour le développement du marché du cheval territorial
- Accueil d’entreprises équestres et paraéquestres : locaux commerciaux, permanences de vétérinaires, écuries et aires de travail des chevaux mutualisés...
- Tourisme et loisirs : point central des itinéraires de randonnée équestre, restaurant thématique, animations, découverte du cheval Boulonnais, circuits de visite et de promenade, compétitions d’attelage, shows d’élevage...

* Notre commentaire :
   La Lettre commentera dans l'article générale concernant cette malheureuse race.i

La Voix du Nord - Région > Boulogne et ses environs > Samer
* Un cheval boulonnais noir, à Samer, ça fait causer et ça ne plait pas à tout le monde... Publié le 26/09/2015 Bertrand SPIERS.

   Passionné lui-aussi de cheval boulonnais, Thierry Boucher, éleveur normand, s’est présenté hier au concours avec deux produits d’une belle robe noire. Deux éta-lons issus par croisement, dont l’un a demandé un long travail de sélection.

Comment en est-on arrivé là ?
   Vidocq et Charlie, attelés et montés quotidiennement en Seine maritime, sont à l’image de ce qu’étaient leurs ancêtres. La robe blanche ou pommelée majoritaire aujourd’hui découle de l’usage du chasse-marée. « Le cheval blanc est plus facile à repérer la nuit ».
   La robe noire n’est pas contraire à la race, même si cette couleur ne plaît pas à tout le monde. « Des chevaux boulonnais noirs ? Pour quoi faire ? Pour tracter un corbillard ? », lançait un éleveur surpris par cette entorse à la coutume.

« On se demande s’ils veulent vraiment sauver le cheval boulonnais »

   Autre sujet, la sauvegarde de la race. Si la viande chevaline est devenue l’un des principaux débouchés de la race boulonnaise, certains éleveurs refusent par amour des chevaux d’y souscrire.
   Philippe Peuvion, à Bazinghen, est de ceux-là. L’éleveur, qu‘on a vu dans le film de Bruno Dumont (1) l’an dernier sur Arte, élève une vingtaine de chevaux. Cela remonte à son grand-père et même au-delà. « J’ai toujours connu les chevaux à la ferme. »
   Une passion coûteuse car l’élevage est une activité à fonds perdus. « Je refuse de mettre mes poulains à la boucherie même si l’an dernier, je me suis séparé de quatre vieilles juments ainsi. Je préfère les vendre pour l’attelage ou les loisirs ».

   Philippe Peuvion en vend même de temps en temps à l’étranger. « J’ai vendu comme ça un étalon en Bulgarie. Et deux mâles de 2 ans en Sicile l’année dernière... »

« Venir ici, ça me coûte de l’argent, c’est clair »
   Philippe Peuvion est venu cette année avec un seul étalon, Bingo. Mais il critique l’absence de primes, contrairement aux années précédentes. « Venir ici, ça me coûte de l’argent, c’est clair. C’est deux jours et demi de travail, 100 € de gasoil et au final, rien ! Alors quand on voit ce qu’ils vont dépenser ici avec la Maison du Cheval, on se demande s’ils ont vraiment l’intention de sauver la race boulonnaise... »

* Notre commentaire :
   Vidoq du Frutil est classé 2éme sur deux dans le livre B.
   Ce que montre la photo de la Voix du Nord (Il manque les membres) laisse voir un cheval qui correspond bien au type Boulonnais.
   Le premier que je n'ai pas vu est le descendant d'une poulinière de race Boulonnais et d'un étalon de race Arabe.
   Si on tient compte de la politique bouchère affichée et avouée par le S.H.B., ce produit est très précisément l'inverse de ce que cherche à produire cette race.
   Le Boulonnais est une race qui a comme caractéristique d'être éveillée. Il est donc inutile de lui rajouter une nervosité supplémentaire transmise par la race Arabe.
   En clair, dans le livre B, on y fait n'importe quoi.
   C'est malheureusement une des caractéristiques de la politique ou de son absence de cette race.
__________________________________________________________________________________________________________________________
SAMER (62) - Une nouvelle subvention de 400.000€ pour la Maison du cheval Hélène Lancial 22/09/2016
   Le projet vient de recevoir un nouveau financement, accueilli diversement selon les élus.

LES RAVIS
   Une subvention régionale de 400 000 €. Pour Claude Prudhomme, président de la Communauté de communes de Desvres-Samer, c’est « une opportunité supplémentaire qui va permettre de rénover une partie des bâtiments en bois de la Ferme de la Suze », avant de rappeler que le projet a été voté à l’unanimité par le conseil communautaire au moment de son lancement.
   « Le budget est bouclé, insiste Claude Prudhomme. Nous attendons encore la réponse du Fonds EPERON (Fonds d’encouragement aux projets équestres régionaux ou nationaux)».

LES BOUGONS
   Parmi les élus qui émettent des réserves sur le projet, le maire de Belle-et-Houllefort, Michel Dufay, voit l’arrivée de cette nouvelle subvention comme le signe que les comptes ne sont toujours pas bouclés : « Et même si l’investissement est supportable et que je n’ai rien contre l’élevage du cheval boulonnais, je reste sceptique quant au coût de fonctionnement de cet équipement qui ne devrait fonctionner que le week-end. En ces temps de vaches maigres, j’ai le sentiment qu’il s’agit d’un projet de prestige. »
   La structure, dont l’ouverture était initialement prévue cette année, devrait voir le jour en 2018.
   Claude Prudhomme l’assure, le permis de construire sera déposé d’ici un mois ou deux, permettant un début des travaux début 2017. La structure, dont l’ouverture était initialement prévue cette année, devrait voir le jour en 2018.
   Pour rappel, la Maison du cheval représente un investissement de près de 5 millions d’euros toutes taxes comprises, dont 1,5 million resterait à la charge de la collectivité. Elle aura pour but de mettre en avant les activités qui tournent autour de l’élevage du cheval boulonnais.

* SAMER (62) - Le projet de Maison du cheval avance d’un pas, le permis a été déposé. La Voix du Nord Hélène Lancial 16/11/2016:
   Tandis que la date de l’aboutissement du projet de Maison du cheval à Samer n’a cessé d’être repoussée, le dépôt du permis de construire a été enregistré le 26 octobre. Un premier pas vers l’ouverture en 2018.
C’est une étape symbolique dans le projet de Maison du cheval. Le permis de construire a été déposé le 26 octobre en mairie par la Communauté de communes de Desvres-Samer.
Samer vote une exonération de taxe pour le projet
   Bien sûr, pour le moment, le permis est en cours d’instruction et rien n’indique qu’il sera accepté dès le premier jet. « Les travaux seront intégralement payés par la communauté de communes, elle devra donc payer la taxe d’aménagement. Si on avait demandé à Samer de payer une partie, on aurait pu réclamer notre part communale (de la taxe d’aménagement), mais là, ce n’est pas le cas », a remarqué le maire de Samer, Claude Bailly.
   La délibération a donc été votée à l’unanimité d’exonérer la CCDS. Une taxe dont le montant dépendra de la surface des bâtiments et du nombre de places de parking. Si le projet ne rencontre plus d’embûches, la Ferme de la Suze se transformera en Maison du cheval en 2018.
Certains maires inquiets du poids budgétaire futur
   La CCDS attendait en octobre la réponse du Fonds EPERON qui doit financer ce projet de 5 M € à hauteur de 15 %. Philippe Leleu, maire de Wirwignes, fait partie des sceptiques : « Je souhaite de tout cœur que ça se passe bien mais c’est un investissement important et il va falloir la faire tourner. Ce ne sera pas facile, surtout quand on sait que la MFR de Samer et le centre vétérinaire de Desvres, deux gros partenaires, se sont retirés. »

Lire aussi :
- Samer : combien coûtera vraiment la Maison du cheval boulonnais  La Voix du Nord-22 janv. 2015 Boulonnais      ICI
- Un cheval boulonnais noir, à Samer, ça fait causer et ça ne plait pas à tout le monde.26/09/2015 Bertrand SPIERS. ICI
__________________________________________________________________________________________________________________________
La Semaine dans le Boulonnais > Boulonnais
Boulonnais : la Maison du Cheval fait débat - 13/04/2018 La Semaine dans le Boulonnais
   Lors du vote du budget, un dossier n’a pas fait l’unanimité : la Maison du Cheval Boulonnais à Samer. Les maires de Bellebrune, Belle-et-Houllefort et Wirwignes ont voté contre.
   Pour rappel, les travaux de la Maison du Cheval ont démarré en septembre dernier.
   À retrouver dans notre édition du 11 avril de la Semaine dans le Boulonnais, en kiosque ou sur notre liseuse numérique.
_________________________________________________________________________________________________________________________
Samer
Les travaux de la Maison du cheval vont (enfin !) débuter avec 4 ans de retard - La Voix du Nord - Hélène Lancial | 27/09/2017 La Maison du cheval a pour objectif de préserver le cheval boulonnais. Photo Guy Drollet - VDN
   On en parle depuis des années. Cette fois, ça y est. La ferme de la Suze, après quatorze mois de travaux, sera transformée en Maison du cheval. Une structure qui aura pour but de faire connaître le cheval boulonnais auprès du public, mais aussi de préserver la race. Un projet à 4,5 M€.

1 Pourquoi les travaux ont du retard
   « Les travaux de réhabilitation et d’aménagement du site démarreront fin 2013 avec l’objectif d’ouvrir en 201 5 », peut-on encore lire sur le site Internet de la CCDS. C’est donc avec quatre ans de retard que les premiers coups de pioche vont être donnés.
   D’après la CCDS, aucune raison précise n’explique ce contretemps si ce n’est des formalités administratives et techniques, des bâtiments qui n’étaient pas en si bon état que prévu et des marchés non pourvus pour lesquels il a fallu relancer les appels d’offres.

2 Le déroulé du chantier
   Cette semaine, la première étape va consister au désamiantage de la stabulation et à la démolition du bâtiment en tôle qui n’a « aucun intérêt architectural », indique Laëtitia Pruvost, chargée du suivi des travaux à la CCDS.
   Les entreprises s’attaqueront ensuite au bâtiment A, comprenez celui qui est en façade du site et qui fait face à la route départementale. « Il va falloir le désosser entièrement : portes, fenêtres, électricité, etc. avant d’entamer les travaux de consolidation », précise-t-elle.
   Restera alors trois bâtiments à restaurer, 4 000 m2 de toiture à refaire, un manège couvert à construire ainsi que toutes les installations « traditionnelles » pour accueillir des chevaux. « Le chantier doit durer 14 mois. Le calendrier est très serré », reconnaît Laëtitia Pruvost.

3 La Maison du cheval, ça va ressembler à quoi ?
   Le bâtiment en façade du site sera consacré à la pédagogie et à la formation aux métiers liés au cheval boulonnais. « Concrètement, ce seront des salles mises à disposition de centres de formations extérieurs », détaille la chargée du suivi des travaux.
   Le bâtiment se trouvant à gauche de l’entrée sera lui dédié à l’accueil du public. On devrait y trouver un restaurant à l’issue du chantier et une salle de documentation à destination du public. Au fond de la cour sera implanté le centre de recherche et de reproduction de la race boulonnaise. Enfin, le dernier édifice en dur sera transformé en box.

4 Combien de chevaux pourront accueillir le site ?
   « Difficile à dire. On travaille en étroite collaboration avec le Syndicat hippique du Boulonnais pour la gestion des lieux. »

5 Une quinzaine d’entreprises locales sur le pont
   Mardi matin, la deuxième réunion de chantier s’est déroulée sur le site de la ferme de la Suze. Quinze entreprises ont été retenues pour mener à bien ce chantier dont le montant s’élève à 4,5 millions d’euros. Du gros œuvre à la toiture en passant par l’électricité, « les entreprises sont toutes implantées dans un rayon de 30 km », indique Laëtitia Pruvost. Colas à Desvres, Charles Delattre à Étaples pour la toiture ou encore deux entreprises de Preures, pour n’en citer que quelques unes.
   Un appel d’offres qui n’a pas été de tout repos pour les équipes de la CCDS : « Il s’agit ici de réhabiliter de l’ancien, ce qui est plus difficile à chiffrer. Il y a le facteur risque à prendre en compte. Peu d’entreprises ont beaucoup d’expérience pour des chantiers de ce type », précise la chargée du suivi des travaux.
_________________________________________________________________________________________________________________________
Samer : la maison du cheval boulonnais devrait ouvrir d’ici un an - Delta-FM 21 février 2018
   A Samer, les travaux ont débuté à la ferme de la Suze. Le bâtiment doit accueillir la maison du cheval boulonnais d’ici un an. La structure comprendra un espace restaurant, un centre de documentation et un centre de recherche et de reproduction. L’objectif est de préserver la race du cheval boulonnais, menacée de disparition. Coût total du projet : près 4 millions et demi d’euros.
   A Samer, la maison du cheval boulonnais devrait ouvrir d’ici un an. Cela fait plusieurs années que ce projet est dans les cartons. Cette fois-ci, ça y est : le chantier a démarré. La ferme de la Suze, située à l’entrée de Samer, est en train d’être rénovée pour accueillir la future maison du cheval boulonnais. Une race qui est en voie de disparition, comme nous l’explique Claude Bailly, le maire de Samer :
   Le cheval de trait boulonnais peut être utilisé de différentes façons : pour l’attelage, pour la collecte de déchets, pour l’élevage ou bien encore pour sa viande. La maison du cheval boulonnais aura pour objectif de présenter les filières… Il y aura notamment une salle de documentation et un centre de recherche et de reproduction. Les travaux viennent de débuter :
______________________________________________________
Finalement ? Il reste un seul marché, très spécifique, à attribuer. Il concerne l’équipement équestre (box, abreuvoir, etc.) et le matériel qui servira à la reproduction de la race boulonnaise.

 

  
-

 dimanche 12 août 2018