Salon International de
l'Agriculture de Paris 2005


 

 Dans son bilan le Salon International de l’Agriculture de Paris dit entre autre :

   Plus de 4000 animaux représentant les différentes races bovine, ovine, porcine, équine et asine, canine et la basse-cour ont été présents pendant toute la durée du salon.
- Le Concours Général Agricole a vu encore une fois la reconnaissance de l’excellence des animaux reproducteurs présentés au SIA par les 600 éleveurs participants, au travers de leur UPRa. (Le nombre d’animaux pouvant concourir au CGA est fixé par arrêté ministériel et chaque année, de plus en plus d’animaux participent).

   Mais le compte rendu n’a pas dit que le prix demandé pour entrer a augmenté de 10%.

   Les visiteurs qui ont assisté au «Concours général» des animaux l’ont fait plus ou moins au pif.

   La consultation du site web dédié au salon à proposé un planning prévisionnel pour le grand ring et le ring bovin. Les concours équins ont été annoncés par une page estampillée 2004 et vide. Elle était agrémentée de la mention «non disponible à ce jour».

   J’ai donc renoncé à soutenir les activités de l’élevage équin, n’en connaissant pas le programme.

   J’ai signalé l’incident par courrier électronique et ensuite par courrier papier à l’organisateur.
   La personne qui m’a répondu n’a sans doute aucune connaissance de l’utilisation d’un site web. Elle a été incapable de constater quoi que ce soit, malgré la communication des adresses directes des pages incriminées.
   C’est bien regrettable.
   Les éleveurs qui comptaient sur moi pour avoir des images de leurs animaux en concours en seront privés cette année.

   Ce salon semble sombrer chaque année dans une torpeur sans originalité. 
   Est-ce un manque de volonté ou de concurrence ?

   L’usage d’un moyen rapide, commode et moderne d’informations qu’est l’internet, ne jouit pas des soins qui rendrait son usage valorisant pour l’ensemble du salon.

   Particularité : le site propose les résultats des concours qui n’ont pas été annoncés.

   L’accès à ces réunions coute très cher. Les prix pratiqués augmentent beaucoup plus vite que les revenus moyens des visiteurs. Le visiteur qui en fait malgré tout le sacrifice, souhaite obtenir en échange l’information qui lui est indispensable.

   Et quand il signale une erreur, que son signalement soit reçu par une personne compétente pour la traiter.

* Pour ne pas terminer cette page sur une note aussi pessimiste, voici deux documents que m’a fait parvenir une amie des chevaux de trait et concernant nos beaux Traits du Nord, devant lesquels je vous demande de vous recueillir. C'est une championne !

jemica1.gif (88756 octets)
Cliquez pour agrandir

   Une petite correction à cet article :
   Il y est affirmé que le Trait du Nord serait en voie de disparition.
   Non, Dieu merci, il ne disparaîtra pas. 
   Depuis la fin des années 1970 sa sauvegarde a été entreprise. Le résultat est très encourageant.
   On peut dire qu'il est sur une voie d'évolution, comme tous les animaux domestiques.

   Au même titre que le Trait Belge, on peut affirmer que c'est un très beau cheval.

Jemica

   Merci beaucoup pour ce beau Trait du Nord présenté au S.I.A. Et pour l'article journalistique le concernant.

 


Dernière mise à jour: mardi 08 août 2017