Equitoriaux

 2015

 

* Equitorial du 3 juillet 2015  Avancer, en regardant derrière = dangers de collision:
   Pour avoir une bonne raison d'exister, une activité technique doit adapter ses techniques aux réalités de la période dans laquelle elle vit. Si pour avancer elle s'obstine à regarder son passé bien passé voir carrément trépassé qui est derrière elle, elle risque à chaque instant de se casser le nez sur un obstacle pourtant bien visible.
   Il y a maintenant douze années que certains rêvent d'une renaissance animale élevée et formatée pour occuper des activités rémunératrices. C'est possible sous couvert des excès d'une société ultra-moderniste déséquilibrée. Cette société n'est pas à rejeter, elle répond à d'autres préoccupations.
   Les changements économiques actuels dont nous sommes tous les témoins ou les acteurs ont ouvert une période ou des évolutions inévitables ont modifié profondément toutes nos activités traditionnelles.
   La fée électrique, l'électronique, le numérique font partie de nos vies de tous les jours.
   Une majorité est devenue une minorité oubliée. Les villes ont vidé les campagnes.

   Douze années plus tard, on présente sans aucun complexe, comme un grand progrès plein de promesses des circulations dans nos villes de véhicules ressorties ou copies conformes de vieux modèles d'une civilisation révolue depuis deux siècles. Ils sont malcommodes, rustiques. Ils manquent de confort. Les dispositifs de sécurité sont de même nature que les anciens, c'est à dire inexistant. Une modification est remarquée. Les freins ne sont plus à "frotteurs" mais à disques...
Pour des transports de personnes on n'a même pas repris les anciens véhicules urbains type omnibus voir trams à chevaux. Ceux-ci n'ont aucun rapport avec des véhicules de transports en commun actuels dont les préoccupations de constructions répondent au souci de faciliter l'accès à tous dans un confort inégalé.
Un véritable musée vivant.

   À côté, on peut voir une agriculture moderne qui présente ses techniques sous des formes diverses :
   - Des tracteurs équipés d'une panoplie d'accessoires parfaitement adaptés aux usages auxquels ils sont destinés.
   - Ils coûtent cher et permettent à leurs utilisateurs de gagner convenablement leurs vies.

   Ce genre de présentations au bout de 12 ans d'espoir n'existent pas concernant les animaux de tractions.
   - Un cheval de trait ne coûte pas cher et ne permet pas à leurs éleveurs d'en vivre.

   Les utilisateurs de la traction animale existent. Ils attendent qu'on leur présente un ensemble cohérent qui soit apte à accomplir convenablement l'ouvrage souhaité.
Si je rencontre cette qualité, je ne manquerais pas de vous en faire part.

 

 

vendredi 03 juillet 2015